Gros plan sur le Chlamydia

Gros plan sur le Chlamydia

Au jour d’aujourd’hui  et selon les temps qui courent, il nous semble important de vous  rapporter quelques précieuses informations autour d’une infection sexuellement transmissible (IST) : l’infection à Chlamydia ou Chlamydiose. Certainement moins dommageable que d’autres, elle peut néanmoins provoquer de graves complications si elle n’est pas dépistée et donc traitée relativement vite. Afin de consulter à temps et dans les temps, ces quelques lignes sur les signes, le dépistage et le traitement de l’infection à Chlamydia vous seront utiles et indéniablement bénéfiques.

Les plus concernés ? les jeunes de moins de 25 ans

L’infection à Chlamydia est de plus en plus fréquente et le nombre de cas augmente depuis une quinzaine d’années. Elle est particulièrement répandue chez les jeunes de moins de 25 ans et touche dans les ¾ des cas, les adolescents et les jeunes adultes âgés de 15 à 24 ans. En France, 1,4 % des hommes et 1,6 % des femmes de 18 à 44 ans en sont atteints.

Sexuellement transmissible car sexuellement non protégé

C’est bel et bien la non protection du rapport sexuel qui permet la contamination qui se transmet selon selon tous les types de voies, orales, buccales et anales,

Le chlamydia peut également se transmettre de la mère à l’enfant à l’occasion de la naissance.

Une maladie silencieuse..aux signes distincts chez l’homme et la femme…


L’infection à Chlamydia ne déclenche pas obligatoirement de signes. Dans de nombreux cas, les personnes contaminées (50% chez les hommes et 70 % chez les femmes) n’ont pas conscience de la contamination.

Elle peut entraîner des complications sévères chez les femmes comme notamment des atteintes inflammatoires pelviennes, des salpingites, une fausse couche, une grossesse extra-utérine, un accouchement prématuré ou une stérilité associée à des douleurs abdominales basses chroniques. Chez l’homme, si les testicules sont atteints par la bactérie, une infertilité est chez lui aussi possible.

Si les signes apparaissent, , ils peuvent être présents entre 3 et 6 semaines après la contamination et sont bien distincts selon qu’ils se manifestent chez l’homme ou chez la femme.

Chez la femme 

Il peut apparaître des pertes jaunes ou blanches, des saignements après les rapports et/ou en dehors des règles, des douleurs lombaires et pelviennes.

Chez l’homme 

Il se peut que  des écoulements anormaux par le pénis se produisent,  des démangeaisons de l’urètre et une inflammation des testicules avec rougeur, gonflement et douleur.

Les signes communs chez l'homme et la femme
  • des brûlures en urinant et ou/ des douleurs
  • des signes oculaires avec une irritation provoquant des douleurs et des rougeurs (un bébé contaminé à la naissance présentera une conjonctivite qui se soigne sans problème) ou une infection pulmonaire pouvant entraîner une toux, une respiration difficile et de la fièvre.
  • des signes irritants au niveau de la gorge si le rapport buccal n’a pas été protégé. Ces signes peuvent s’accompagner de fièvre et de ganglions au niveau du cou.
  • s’agissant d’un rapport anal non protégé,  on retrouvera des écoulements anaux, des démangeaisons,  des saignements et des douleurs.

Consulter sans attendre les signes !

Il est important de préciser qu’il n’est pas nécessaire d’attendre les signes de l’infection pour faire un test de dépistage qui doit être systématique après un rapport non protégé. Il doit se réaliser dans les 48 heures après ce même rapport, sa fiabilité optimale se situant à partir de 14 jours.

Inutile de le rappeler, mais rappelons le tout de même 🙂 : en cas de doute et en attendant les résultats du dépistage et/oud’être parfaitement traité, le port du préservatif est obligatoire.
Si l’infection a été révélée et traitée, le dépistage doit être répété 5 à 6 semaines après la fin du traitement puis 6 mois plus tard.

Comment se passe le dépistage ?

Il se réalise sous forme de prélèvements vaginaux, anaux ou buccaux selon les signes et les propos rapportés du patient sur ses pratiques. Il est également possible de pratiquer des analyses d’urine.

Intimement associé à d’autres IST, il est d’usage d’associer au dépistage du Chalmydia, celui de la bactérie Neisseria gonorrhoeae responsable de la gonorrhée (encore appelé blennorragie ou « chaude pisse »)

Les analyses sanguines sont réservées au bébé de moins de 3 mois

Le meilleur des traitements : la prévention !

L’utilisation systématique des préservatifs reste la meilleure des prévention :

  • avec un nouveau partenaire et/ou si n’avez récemment fait ni l’un ni l’autre de dépistage contre les IST en général
  • si vous partagez des sex-toys 

Le, la ou les partenaires susceptibles d’avoir été contaminés doivent être prévenus pour être dépistés et traités si besoin. Etant susceptible de contracter plusieurs fois cette maladie dans votre vie, restez donc bien vigilants au port du préservatif et au dépistage.

Au moindre doute, n’hésitez pas par passer par Human Santé pour vous faire dépister

La chlamydiose fait partie des IST les plus fréquentes, encore trop souvent sous diagnostiquée car produisant peu de symptômes et ces conséquences autour de l’infertilité sont difficiles à vivre et à supporter. Souvenez-vous que des tests simples, non invasifs, comme les prélèvements vaginaux ou des tests urinaires sont faciles à réaliser et permettent un diagnostic rapide.

*La HAS (Haute Autorité de Santé) recommande un dépistage systématique de l’infection à Chlamydia trachomatis chez les jeunes femmes et conseille de Mettre en place un dépistage ciblant les populations à risques.

Si vous êtes inquiet(e) à ce sujet, n’hésitez pas à venir me rencontrer. Je me rendrai disponible et à votre écoute. Dans tous les cas, vous repartirez rassuré(e).

*Un Document professionnel sur les infections à Chlamydia (à lire en cliquant sur le lien) DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE L INFECTION Á CHLAMYDIA TRACHOMATIS

Martine Desquerre

Crédit photo Getty Images/iStockphoto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.